Activités des élèves
2016/2017
La classe de 3ème EA 1 au cirque
Initiation aux activités circassiennes pour les élèves et leurs moniteurs

Dans le cadre de l’Education Socio-Culturelle (ESC), les élèves de la classe de troisième 1 ont été accueillis par l’association « ouistiti circus » qui se trouve à Frontenac (33). Chris, animateurs et Matt ont débuté par une introduction sur l’histoire du cirque, suivie de quelques démonstrations de jonglerie avec toutes sortes d’objets, équilibre sur fil et accro-gym. L’admiration des jeunes, suivie de quelques « ça c’est facile, je sais faire !!! » ou bien « waouh ! Trop fort ! », ont été poursuivis par des ateliers dans lesquels les jeunes ont pu mettre à l’épreuve leur habileté. C’est après quelques fous rires et beaucoup d’essais qu’ils sont parvenus à quelques résultats, fiers d’eux. Ils ont ainsi testé leur patience et leur adresse ainsi que leur concentration. La prochaine séance les dressera sur des échasses… Il y a fort à parier qu’ils en sortiront « grandis » !

 

Réflexion sur l'ouverture de la classe de DIMA
Le 17 janvier, un groupe de travail régional faisait le point sur les DIMA.

Le directeur de la Maison familiale rurale (MFR), Jean-Maurice Aligon, avec l’aide de responsables régionaux, tels Stéphane Goujard, responsable du développement de l’apprentissage, et Marie-France Potier, déléguée régionale spécialisée sur la pédagogie, et aussi de représentants d’autres MFR, ont partagé mardi 17 janvier leur expérience pour aider à la mise en place des nouveaux plans de formation pour la nouvelle classe qui s’inscrit dans le Dispositif d’initiation aux métiers par l’alternance (Dima).

En effet, les instances dirigeantes de la MFR de Sainte-Bazeille ont décidé de s’inscrire dans ce dispositif pour la prochaine rentrée. Le Dima s’adresse aux jeunes d’au moins 15 ans qui vont pendant un an suivre un parcours pédagogique individualisé. Ce dispositif est vécu comme une réelle opportunité par la MFR pour renforcer son rayonnement local avec un large éventail de métiers relevant de secteurs très divers : BTP, métiers de la bouche, de la vente, de l’automobile…

Partage d’expériences

L’exemple donné par un représentant de la MFR de Thiviers, en Dordogne, est illustratif de cette volonté de lancer le jeune au travers d’un parcours, défini à Périgueux, pour découvrir les différentes institutions. Les participants des autres MFR, comme celle de Pujols, ont marqué toute l’importance d’activer « la réflexion du jeune sur le choix de son métier d’avenir ».

Un parcours pédagogique qui peut également s’orienter vers des secteurs porteurs comme le développement durable ou l’hygiène et la sécurité.

Ces échanges ont permis d’examiner les différentes sources de recrutement pour composer cette future classe.

Monsieur Quioc, correspondant Sud-Ouest

 

 

Une nouvelle présidente à la MFR
Traditionnellement, le premier CA après l'assemblée générale ordinaire est électif.

La Maison familiale rurale (MFR), gérée par une association essentiellement composée de parents d’élèves, a une nouvelle présidente depuis début janvier. Alain Fornallaz a en effet quitté ses fonctions et est désormais remplacé par Nathalie De Nardi Mascotto, auparavant vice-présidente, élue par le Conseil d’administration.

Cette dernière, éducatrice spécialisée au centre Jean-Bernard de la Réole (33), a elle-même été élève au sein de la MFR. Son objectif est de faire en sorte que « les jeunes s’épanouissent dans leur formation » et qu’ils trouvent leur vocation. Elle entend « leur donner la parole, quand ils en éprouvent le besoin, les fédérer autour de projets communs, développer l’entraide, la solidarité et dynamiser l’institution ». Elle souhaite aussi favoriser les échanges, notamment le projet Erasmus à Cracovie, « qui permettent de développer les facultés d’adaptation ».

Pour ce faire, elle compte sur l’implication des parents au sein de l’association où elle espère créer des moments d’échange et de rencontre. Elle sera présente sur le stand de la Maison familiale rurale au prochain salon Ambition et avenir de Marmande, du 30 janvier au 3 février.

Le Conseil d’administration : Nathalie De Nardi Mascotto (présidente), Jean-Pierre Balade (vice-président), Sonia Dugoujon (secrétaire) et son adjointe Isabelle Ponterie, Bernard Simonnet (trésorier) et son adjoint Pascal Raoul.

Monsieur Quioc, correspondant Sud - Ouest

 

Première journée portes ouvertes
Les familles ont été accueillis par les administrateurs, les moniteurs, ainsi que des élèves

« Prendre son avenir en mains », c’était tout le sens de la journée portes ouvertes qui s’est déroulée samedi, à la Maison familiale rurale de Sainte-Bazeille. Cette opération renouvelée chaque année (la deuxième aura lieu samedi 18 mars), permet à un large public venu de tout le Marmandais et même de la Gironde proche, de prendre contact avec les administrateurs, de dialoguer sur les formations possibles au sein de l’établissement, de découvrir les locaux et le fonctionnement de l’école. Quelques élèves ont même participé à cette journée, aux côtés du directeur, Jean-Maurice Aligon et de l’équipe enseignante.

Une occasion pour les futurs élèves de cette institution de découvrir les parcours possibles de la quatrième aux études supérieures. Ainsi, Kevin, en quatrième au collège de Bazas, s’est intéressé de près à la formation en troisième pour sa prochaine rentrée, pour viser par la suite un emploi dans la branche de la mécanique automobile. Une pédagogie du concret qui l’a séduit et qui s’appuie sur le vécu des jeunes en entreprise avec des maîtres de stage impliqués, et des formateurs en prise directe avec les employeurs, permettant à terme de réussir son insertion professionnelle.

Jean Paul Quioc, correspondant Sud ouest

 

Assemblée générale de la MFR
Ouverture d'une classe DIMA en septembre 2017

Lors de la dernière assemblée générale de la Maison familiale et rurale (MFR) du jeudi 15 décembre, sous la conduite de la vice-présidente, Nathalie De Nardi Mascotto, une annonce a été faite concernant l’ouverture en septembre d’une nouvelle classe entrant dans le dispositif Dima (Dispositif d’initiation aux métiers de l’alternance). Il permet aux collégiens, âgés de 15 ans, de découvrir un ou plusieurs métiers au travers d’une formation en alternance, tout en poursuivant l’acquisition d’un socle commun d’enseignements. Ils devraient être une quinzaine la rentrée prochaine à commencer une activité professionnelle, essentiellement dans l’artisanat. L’objectif est d’aboutir à la signature d’un contrat d’apprentissage afin de préparer un CAP. Cette nouvelle section qui devrait contribuer à remonter le niveau des effectifs qui atteint, à l’heure actuelle, 134. Une filière dont la réussite des élèves est au rendez-vous. À titre d’exemple, pour le Bac pro, le taux de réussite a été cette année de 87 %, soit un taux supérieur au niveau national (83 %), et en Bepa (Brevet d’études professionnelles agricoles) de 93 % (90,7 % à l’échelle nationale). Le rôle important des parents a été souligné, ainsi que « le lien entre l’élève et le moniteur ».

L’année 2017 sera également une année importante car le mouvement des Maisons familiales rurales fêtera ses 80 ans.

Jean Paul Quioc (correspondant Sud Ouest)

 

Sortie pédagogique à Monteton
Randonnée, lecture de paysage, ...

Ce vendredi 24 mars, la classe de 4ème est partie découvrir Monteton et ses environs.

Cette sortie clôture le thème "santé et environnement" amorcé depuis quelques semaines déjà.

Au cours de cette sortie, les élèves ont pu découvrir des vergers en fleurs, des insectes butineurs, se sont prêtés aux devinettes des traces d'animaux, ont rencontré les premiers champignons, et ont également pataugé dans la boue sur le chemin de randonnée. Entre vignes et pruniers, les jeunes ont crapahuté tout l'après-midi avant de rentrer, heureux de cette belle rencontre avec la nature.

 

Stage ADEMA
Une session ADEMA vient de se terminer. Ce dispositif permet à des demandeurs d'emploi de découvrir le milieu agricole et paysager

Le groupe accompagné des moniteurs de la MFR de Ste Bazeille et Bourgougnague, Dimitri et Mathilde et Madame Sonia Leymonis de Pôle emploi Marmande. Ce stage est financé par le FAFSEA.

 

Initiation à la langue des signes
Depuis le mois d'octobre, l'association Sem 24-47 intervient auprès de jeunes de s1ère SAPAT

La langue des signes est une langue à part entière. Ainsi pour aider les jeunes de première bac pro Services aux personnes et aux territoires (SAPAT), les responsables de la Maison familiale rurale, et notamment sa référente, Isabelle Ponterie, secrétaire adjointe au conseil d'administration de cette institution, ont lancé depuis octobre dernier cette initiation.

Un plus avec le handicap

Mardi, c'est sous la conduite de Bénédicte Maulde, de l'association SEM 24-47, que les élèves volontaires étaient réunis en atelier pour la quatrième fois afin de se familiariser avec les bases de cette langue, qui permet de communiquer notamment avec les sourds et malentendants. Le point commun de ces jeunes, c'est la possibilité offerte d'utiliser ces rudiments dans le cadre de leur stage d'alternance, que ce soit dans des structures d'accueil de personnes âgées dépendantes ou encore dans des centres pour enfants handicapés. L'objectif est aussi de créer une envie, en approfondissant les apprentissages. Au cours de cette séance, après un échauffement indispensable pour avoir une bonne gestuelle, un des exercices était de revoir l'alphabet. En ce qui concerne les émotions, l'importance a été soulignée de l'expression du visage. Un langage universel, qui après de multiples séances, sera un plus dans la relation avec les personnes ayant un handicap.

Jean Paul Quioc, correspondant Sud ouest